Edition
Danse.com

Lancer une nouvelle recherche

Funambule 12. Revue de danse

Association Anacrouse
Editeur : Association Anacrouse

Edito

D'un domaine «hors-catégorie».
Au sein de la filière «danse», chacun de nous est régulièrement confronté au même cas de
figure : comment définir le sens et la visée de ses études universitaires ? Mêlant pratique et théorie, celles-ci se distinguent des formations techniques reçues en École de danse ou en Conservatoire, ouvrant une voie qui est avant tout celle de la recherche. Mais qu'y fait-on, si l'on n'y danse pas (toujours) ? Leur objet, ou plutôt, dirons-nous
leurs objets, sont à la fois vastes et ténus, et sont le fruit de croisements entre diverses disciplines : histoire, anthropologie, philosophie, neurosciences, littérature, sociologie... Tout notre tâtonnement de jeunes chercheurs se joue donc dans la confection d'une méthode d'approche personnelle, qui puisse relier différentes aires de pensée et d'expérience, afin de constituer un travail aux lignes de force multiples. Malgré un champ de recherche en plein essor, la reconnaissance de notre cursus a été récemment menacée par la volonté ministérielle de rassembler les arts de la scène et du spectacle vivant sous une seule et même mention. Mais pourquoi chercher à installer par là même un flou grandissant sur le contenu réel, la singularité et la portée de nos formations ?


Après 25 ans d'existence, il a fallu, encore une fois, réaffirmer comme au premier jour la pertinence d'une mention «
danse » à l'Université. Or, c'est précisément la nécessité de faire valoir ce que représente pour nous la spécificité de la formation de Paris 8 qui a guidé ce numéro. Point de thème ici, mais des interrogations tissées en fil rouge : à quoi cela ressemble t-il donc, sur le terrain, d'être étudiant en danse ? À quels genres d'expériences pratiques s'articulent les réflexions menées par les chercheurs? Comment s'élabore le processus d'une recherche dans ce domaine ? Et comment se fabrique l'écriture qui en rend compte ?
Ce numéro se veut composite, afin de tirer des portraits fragmentés de celles et ceux qui constituent et construisent le département danse. Les articles qu'il contient sont autant écrits par des étudiants en Master et Doctorat que par des étudiants sortant de la Licence. Certains de ces textes ont fait le choix de rester académiques. D'autres ont cherché leur forme propre, à même de faire émerger la polyphonie qui caractérise leur parcours. Tous entretiennent un rapport avec les questions qui motivent notre présence sur les bancs de l'Université. Défiant l'imaginaire stéréotypé lié à Merce Cunningham, « monstre sacré » du paysage chorégraphique, et prenant le contrepied des sudoku et autres mots croisés de fin de magazines, d'entrée de jeu, c'est précisément à un jeu que nous vous invitons.


Dédale(s) avec Merce propose ainsi une refonte des lieux communs et une réinvention du mythe cunninghamien. Dans Rudolf Laban sur le fil, un détour du côté d'une autre figure tutélaire met en lumière les nouages et les rouages à l'oeuvre dans la constitution d'un champ de recherche et d'un mouvement de pensée en danse. Les textes qui suivent reflètent quant à eux des projets que les étudiants mènent en parallèle, hors de l'Université : prenant appui sur un travail d'interprétation, Pouliches est le résultat d'une création littéraire, tandis que Hors-Lits , écrit à six mains, est le témoignage des expériences vécues par une organisatrice, une interprète et une spectatrice lors d'actes artistiques en appartement. Du séduire en recherche, parsemé d'extraits d'une enquête de terrain, nous permet ensuite d'entrevoir les amorces d'une recherche commencée en Licence autour de la danse en boîte de nuit.
Afin de mettre en relation ces différentes facettes propres aux études en danse, les Entretiens font émerger la parole
d'étudiants-interprètes désirant un complément d'approche sur leur danse, et retracent les cheminements de chacun jusqu'à Paris 8. Abordant enfin la question de l'évaluation, Les bords vagues mène une réflexion sur la rédaction des devoirs dont le sujet et la consigne sont, bien souvent, hybrides, ce qui nécessite une écriture autant travaillée par le
sensible que par l'exigence académique. Entre les pages de ce Funambule se trouve également un article nomade, qui se lit en volume.
.
Danse avec Berthe se fait alors le témoin d'un projet grandeur nature qui rassemblait étudiants en architecture et en danse. Ce numéro 12 de Funambule est le fruit d'une collaboration entre un graphiste-illustrateur et une
plasticienne étudiante en danse. Autant rédigé que dessiné, il sillonne les abords mouvants d'un champ dont la (dé)(re)construction est permanente, mobilisant des acteurs et des compétences diverses. Ainsi, il tend à marquer et à faire remarquer l'intense réseau de passerelles actives que le travail des étudiants en danse, de bon gré, laisse dans son sillage.


Le Comité de rédaction.

Lieu d'édition : Saint Denis
Pays d'édition : France

Lieux de vente :

http://anacrousedanse.files.wordpress.com/2014/03/funambulebondecommande.pdf

Mots clés

CUNNINGHAM, MERCE OLIGNY, MANON MONTECCHIA, LEONARDO LABAN, RUDOLF


Commentaires

Laisser un commentaire